Sports

La Somalie revient rejoue un match éliminatoire de CAN 36 ans après

Cela fait presque trente-six ans – une éternité – que la Somalie n’a plus disputé un match comptant pour les {qualifications} d’une Coupe d’Afrique des Nations. Le 19 octobre 1986, elle avait accroché l’Ouganda (0-0) à Mogadiscio, et le public somalien ne se doutait pas qu’il s’agissait du dernier match des Ocean Stars à la maison avant (très) longtemps, quelques années avant le début d’une guerre civile dévastatrice, et dont le pays est encore loin d’être remis. Ce mercredi 23 mars, à Dar Es Salam (Tanzanie), puisqu’il est encore beaucoup trop risqué d’organiser des matches internationaux à Mogadiscio, capitale d’un des pays les plus dangereux du monde, les Somaliens vont «accueillir» l’Eswatini lors du tour préliminaire des {qualifications} pour la CAN 2023, quatre jours avant les retrouvailles prévues à Nelspruit (Afrique du Sud).

Un exploit face au Zimbabwe en 2019

Pendant ces longues décennies, la Somalie a joué des rencontres qualificatives pour la Coupe du Monde, le tournoi de la CECAFA, réservé aux sélections d’Afrique de l’Est, quelques matches amicaux et la Coupe Arabe des Nations 2021, au moins le tour préliminaire, le 20 juin dernier à Doha (Qatar) face à Oman (1-2), à l’event de sa dernière apparition sur la scène internationale. Quelques jours plus tôt, à quelques heures d’un match amical perdu à Djibouti (0-1, le 15 juin), la Somalie avait vécu une petite crise interne avec le renvoi du sélectionneur marocain Abdellatif Salef, accusé par sa fédération « d’incompétence », et la nomination sur le champ de Salad Farah. Depuis, l’occasion a nommé le Néerlandais Pieter de Jong (51 ans) pour une durée d’un an. Cet ancien joueur beginner, qui a notamment dirigé la sélection olympique de Moldavie, AFC Leopards (Kenya), le FC Cape Town (Afrique du Sud), Highlanders FC et FC Platinum (Zimbabwe) va retrouver l’Eswatini, une équipe qu’il a dirigée de 2017 à 2018.

Le dernier coup d’éclat des Ocean Stars remonte au 5 septembre 2019 à Djibouti, contre le Zimbabwe lors du tour préliminaire des {qualifications} pour la Coupe du Monde 2022. Ils s’étaient imposés (1-0), avant de s’incliner au match retour à Harare (1-3) à trigger de deux buts inscrits dans les dernières minutes, dont le troisième à la 90e… « C’est une équipe qui est essentiellement composée de joueurs évoluant à l’étranger, parfois dans de petits championnats d’Europe du Nord ou dans les Ligues inférieures en Angleterre  », intervient Julien Mette, l’ancien sélectionneur français de Djibouti. Il a plusieurs fois affronté la Somalie, et notamment le 15 juin dernier. « On despatched que c’est une équipe qui a peu l’habitude de jouer. Cela manque d’automatismes. Les joueurs se voient peu et n’ont que quelques jours pour travailler ensemble. »

Les Somaliens ne partiront pas forcément favoris face à l’Eswatini, une sélection succesful d’accrocher le Sénégal à Thiès en {qualifications} pour la CAN 2021 (1-1), et dont l’ossature évolue à Royal Leopards, qui dispute la part de groupes de la Coupe de la CAF. « Je pense que la Somalie est moins forte que Djibouti. C’est une équipe qui possède quelques bons joueurs de ballon, mais qui manque d’impression physique», ajoute Julien Mette.  Le 27 mars au soir, la Somalie saura si elle replonge dans l’anonymat ou si elle s’est inventée un avenir un peu plus excitant…

Alexis BILLEBAULT




Source hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.